De la condition d’animal humain sur-appropriateur  à la désappropriation parfaite de Dieu et de l’homme

Le chapitre 3 (“Dieu humain ou Dieu divin”) de “Raison et religion” : se termine sur une célébration du spinozisme comme “voie royale de la spiritualité”: “…

Source : De la condition d’animal humain sur-appropriateur  à la désappropriation parfaite de Dieu et de l’homme

Une réflexion au sujet de « De la condition d’animal humain sur-appropriateur  à la désappropriation parfaite de Dieu et de l’homme »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s