Perec, un homme qui rêve

Les étincelles des mots

Tu n’as rien appris, sinon que la solitude n’apprend rien, que l’indifférence n’apprend rien: c’était un leurre, une illusion fascinante et piégée. Tu étais seul et voilà tout et tu voulais te protéger: qu’entre le monde et toi les ponts soient à jamais coupés. Mais tu es si peu de chose et le monde est un si grand mot: tu n’as jamais fait qu’errer dans une grande ville, que longer sur quelques kilomètres des façades, des devantures, des parcs et des quais.

(Un homme qui dort)

Georges Perec, née le 7 mars 1936 à Paris, meurt le 3 mars 1986 à 45 ans à cause de son vice incorrigible: le tabagisme, on lui avait diagnostiqué un cancer aux poumons attrapé car il fumait Gitan sans philtre. Perec est célèbre pour avoir été membre de l’OuLiPo (acronyme pou Ouvroir de littérature potentielle): il s’agissait d’un groupe de mathématiciens et…

Voir l’article original 1 467 mots de plus

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s