Archives du mot-clé Galilée

Pour une intervention militaire européenne contre l’Etat islamique

« L’Europe est le continent de l’homme blanc »

disait Jules Romains au chapitre « Présentation de l’Europe en 1933 » qui termine son immense roman « Les hommes de bonne volonté ».

Jules Romains était « de gauche » et ne défendait certainement pas des positions pouvant être assimilées à un « racisme biologique », il se bornait à un constat historique qui, compte tenu des vagues migratoires, est et sera de moins en moins vrai. Mais est ce vraiment la couleur de la peau, ou autres paramètres physiques, qui permettent d’expliquer « l’esprit européen » et sa spécificité ?

L’humanité européenne est celle qui il y a un peu plus de quatre siècles s’est lancée dans l’entreprise scientifique non pas pour accroître sa puissance économique ou militaire, sa richesse ou son confort de vie par des objets standardisés issus de l’industrie puisque les industries, et le « progrès technique » à croissance forte voire exponentielle qu’elles ont permis ne sont venus que plus d’un siècle plus tard, au 18ème siècle, et surtout aux deux siècles suivants.
Non, si l’humanité européenne s’est lancée dans l’aventure scientifique, c’est comme l’a dit Husserl pour se donner une nouvelle forme de vie : l’autonomie, que seules certaines écoles philosophiques avaient expérimentée en Grèce antique

Et elle ne l’aurait pas fait peut être si elle avait connu d’avance les catastrophes que cela allait provoquer au 19ème siècle et surtout au 20 eme avec le surarmement nucléaire (mais il est vrai aussi que cela a sauvé l’Europe de l’invasion ottomane au 18ème siècle en 1760 grâce à sa supériorité militaire) ….
Mais Léon Brunschvicg va plus loin que Husserl (converti au christianisme à l’âge de 27 ans) en montrant que cette autonomie est la véritable et seule forme de vie religieuse: si l’Europe s’est lancée dans la science et a repris l’héritage philosophique Grec platonicien dans le cartésianisme et le spinozisme, c’est pour découvrir enfin la seule forme de vie qui convienne à l’humanité et à son idée de vérité et d’universalité : la vie religieuse qui est l’autonomie. Sur ce sujet voir tous les articles dans le hashtag :

#BrunschvicgRaisonReligion

dont le dernier datant d’aujourd’hui est:

https://mathesisuniversalis.wordpress.com/2015/09/02/brunschvicgraisonreligion-troisieme-opposition-fondamentale-vie-religieuse-oui-mais-laquelle/
Pourquoi cette volonté de suicide de l’Europe lors des deux guerres mondiales qui ont commencé sur son sol, puis avec le nihilisme de la marchandise qui suit la « victoire » de 1945 ?
Je m’en suis expliqué dans cet article:

https://meditationesdeprimaphilosophia.wordpress.com/2015/08/17/la-vraie-raison-du-suicide-de-leurope/

mais en gros la raison en est que l’Europe, ou plutôt l’humanité européenne, à partir du 18ème siècle n’a pas pu se maintenir à la hauteur de ce « déplacement d’axe de la vie religieuse » qu’avait été au 17 eme siècle l’apparition d’une physique mathématique.

Car cet événement ou révolution copernicienne consistant en un « changement de paradigme » avait pour la première fois permis d’établir une discrimination évidente entre un monde de l’objectivité que j’appelle « plan vital » ou « monde naturel » et un plan spirituel ou « monde des idées » que déjà Platon avait découvert : il y a des idées universelles qui sont les idées mathématiques, sans lesquelles la science véritable, remplaçant l’ancienne physique aristotélicienne qui est tissu d’inepties puériles (« la pierre retombe par terre pour la même raison que la fumée s’élève dans le ciel : pour rejoindre son lieu naturel »!!!!), n’aurait pas pu voir le jour.
J’ai évoqué ci dessus la révolution copernicienne, mais l’époque de Copernic n’en a été que la première partie : il a fallu le travail philosophique des Descartes, Malebranche, Spinoza, Kant, Fichte, Wronski, Lachelier, Lagneau et enfin Brunschvicg pour compléter et achever cette révolution copernicienne qui s’énonce :

« Tout tourne autour de l’Idée »

C’est le contraire même du matérialisme, religieux ou philosophique, qui veut remettre l’idéalisme (hégélien ou autre) à l’endroit, mais c’est Marx, Lénine, Mao et Badiou qu’il faut remettre à l’endroit en les pendant par les pieds (ce qui fut le destin de Mussolini me semble t’il):

image

Je fais allusion bien sûr non pas à la pendaison physique (mode d’exécution favori des fascistes-communistes) mais à l’arcane XII du Tarot qui décrit cette « inversion de l’attraction » lorsque le révolution copernicienne-brunschvicgienne est complète : attraction de l’être « converti » non plus par la terre (« Eretz » du verset 1de la Genèse) qui est le plan vital, mais par le « ciel » qui est l’ordre de l’Esprit, le plan de l’Idée (« Shamayim » = cieux du verset 1 de Genèse, « royaume des cieux » de l’évangile).

L’humanite européenne est différente de toutes les autres parce qu’elle a créé au 17 ème siècle les conditions scientifiques (la physique mathématique)  de cette révolution copernicienne, selon laquelle le « centre qui est partout et nulle part » est le plan de l’Idée.

Seulement à cause de plusieurs facteurs, comme en philosophie l’action combinée des libertins athées du 18 ème siècle, et des réactionnaires religieux ou des romantiques du 19 ème, puis des déconstructeurs et matérialistes marxistes au 20 ème , l’humanité européenne n’a pas pu s’élevers à la hauteur de cet « esprit européen ».

Et il serait comique, si ce n’était aussi tragique, de constater l’incompréhension qui entoure cette spécificité indéniable de l’humanité européenne, travestie en un sentiment de supériorité « raciale » ou « culturelle ».

Or un tel sentiment d’être le « centre du monde » et donc supérieur à tous les autres était le point commun des peuples d’avant la révolution copernicienne et cartésienne, et notamment des peuples de l’antiquité : on fait grief aux juifs de clamer ou de penser tout bas qu’ils seraient le « peuple élu » mais ce sentiment était commun à tous les peuples de l’antiquité et d’après, malgré le triomphe du christianisme : les grecs appelaient « barbares » ceux qui ne parlaient pas grec, les hindous considèrent les non-hindous comme des « mlecchas » (sous-hommes), les arabo-musulmans héritent des judéo-nazaréens le sentiment d’être la communauté élue devant convertir toute l’humanité à la soumission à Allah par l’obéissance à la Sharia, et la savoureuse historiette de Platon sur Thalès tombant dans un trou parce qu’il regarde le ciel et les étoiles au lieu de regarder devant lui oppose justement l’esprit européen universaliste-scientifique (représenté par Thalès) et l’esprit de l’antiquité et des peuples primitifs d’avant la science porté par la servante thrace qui éclate de rire au spectacle du Sage se cassant la figure :

https://mathesisuniversalis.wordpress.com/le-rire-de-la-servante-de-thrace/

La servante ne pouvait absolument pas comprendre l’attitude réflexive philosophique-scientifique de Thalès et croyait qu’il regardait au ciel pour rendre un culte à ses dieux!

et la chute de Thalès était pour elle une « preuve » de ce que ces dieux étaient inférieurs et incapables, par rapport aux siens propres, qu’elle situait non au ciel mais sous la terre, et qui étaient bien sûr « les meilleurs des dieux » (exactement comme les Egyptiens se représentaient les leurs et les hébreux LE leur, comme il est raconté dans la Bible).

Ce que l’on voit émerger dans cette merveilleuse histoire, c’est l’opposition du plan vital (terre) et du plan spirituel (ciel) et l’entrée en scène du dieu des philosophes et des Savants qui est celui de Thalès sans aucune commune mesure avec les dieux ethniques de la servante thrace, ou des autres peuples de l’antiquité.

Mais, comme le prouve l’existence du pangermanisme ou du panslavisme, l’Europe n’a pas pu se hisser à la hauteur de cet « esprit européen » selon lequel aucun peuple, aucune « communauté » ne peut être le centre qui est le plan de l’Idée.

D’où son « malaise dans la civilisation », sa crise (« crise des sciences européennes » de Husserl, « crise de la conscience européenne » de Paul Hazard) et finalement sa tentation de disparaitre en une « assomption » qui cache mal sa tentation du suicide. Car le plan vital (qui est fini) est de valeur nulle face au plan de l’Idée qui est l’Infini (ce que les théologies du passé  appelaient « Dieu »).

Il ne lui reste qu’une seule possibilité de rédemption : se lancer dans une guerre totalement juste, une guerre menée au nom de l’Idée.

On peut dire aussi : une véritable CROISADE, enfin !

Si l’on considère la Croix non plus comme la représentation de la crucifixion de Jésus Christ ,individu  juif  ayant vécu il y a 2000 ans puis mis à mort et ressuscité, mais comme symbole du plan vital et « naturel » par l’axe horizontal de la croix, et du plan spirituel de l’Idée, de son universalité et de son éternité absolues (sans concevoir l’éternité comme une perpétuité de durée, sur le modèle du plan vital et de ses représentations imaginaires) : l’instant sans durée, point idéal, véritable Idée, est le croisement des deux axes, du temps horizontal et de l’éternité verticale du plan spirituel.

Une Croisade au nom de l’Idée : mais de quelle Idée ?

pourquoi pas l’Idée de liberté et d’autonomie, cette forme (idée= forme en grec) de la vie spirituelle créée par l’humanité européenne lorsqu’elle s’est lancée dans l’aventure scientifique il y a quatre siècles ?

pourquoi pas au nom du plan de l’Idée, découvert par Thalès et Platon et redécouvert par Descartes lors du « déplacement d’axe de la vie religieuse » qu’a provoqué l’émergence d’une physique mathématique ?

voir:

https://mathesismessianisme.wordpress.com/la-querelle-de-latheisme-de-leon-brunschvicg/

pas une guerre du Bien contre le Mal , expression qui succomberait encore au manichéisme propre aux religions du passé, toutes établies sur le plan vital.

Une guerre totalement juste, menée au nom de et pour l’Idée (de Vérité, d’universalité, d’autonomie, de Bien au delà de l’être etc..)

Une guerre qui ne peut être menée que par l’esprit européen donc (d’où l’appel à une intervention européenne dans le titre de ce manifeste) contre l’absence d’esprit qui est celle propre au plan vital, représenté par l’Islam de Daesh (l’islam étant tel qu’il se manifeste dans le Coran l’introduction du plan vital dans plan spirituel).

Esprit européen qui ne peut être (collectivement parlant en tout cas) celui des USA, qui se croient et se considèrent comme le centre du monde civilisé.

Certes je ne suis pas naïf, je sais très bien que jamais les gouvernements européens actuels ne pourront se mettre d’accord sur une intervention militaire avec envoi de troupes au sol : parce qu’ils ne savent plus ce qu’est l’esprit européen, ni ce qu’est une guerre de l’Idée. Parce qu’ils ne connaissent que le plan vital (économique ou multiculturel, voire « religieux »  au sens des pseudo-religions du passé).

Seul le plan  de l’Idée peut justifier un « sacrifice » du plan vital (peut être est ce là le sens du sacrifice d’Abraham, dans un « pressentiment » du futur par les peuples primitifs ?), c’est à dire que l’on donne sa vie dans une guerre de l’Idée, qui est le contraire même d’une guerre idéologique (l’idéologie qui est celle du nazisme, du communisme ou de l’Islam se caractérisant par l’absence de l’Idée dans une pseudo-présence sur le mode ontologique qui est celui des étants naturels : « race aryenne ou germanique », « dictature du prolétariat », « oumma islamique comme communauté élue d’Allah »).

S’il a été possible en 1936 de recruter  sur la base du volontariat entièrement libre des « Brigades internationales » cela doit être possible pour mener la croisade, la guerre de l’Idée entièrement juste contre l’Etat islamique.

Publicités

#BrunschvicgRaisonReligion seconde opposition fondamentale : monde imaginaire ou monde véritable

Chapitre 2 de. « Raison et religion »:

http://classiques.uqac.ca/classiques/brunschvicg_leon/raison_et_religion/raison_et_religion.html

« VIII. — Le silence éternel de ces espaces infinis m’effraie. Qu’elle soit destinée à traduire l’impression propre de Pascal, ou qu’elle soit placée dans la bouche du libertin que l’auteur des Pensées travaille à convertir, la phrase du manuscrit posthume dénonce avec un éclat singulier ce qu’on pourrait appeler le mal de l’époque. L’éternel et l’infini, qui d’eux-mêmes paraissent faits pour conduire l’homme vers un Dieu lui-même éternel et infini, semblent l’en éloigner et l’en détourner. Comment comprendre cela ? Devant les révélations prodigieuses que l’astronomie moderne avec les conceptions rationnelles de Copernic et les découvertes télescopiques de Galilée lui apportait, il est arrivé que l’homme a perdu le contact de son monde, d’un univers restreint à la portée de ses sens, et qui lui parlait un langage familier. Tout y était expliqué par son intérêt, et derrière la gravité trompeuse d’un réalisme finaliste et théocentrique se développait, à l’abri d’une fausse sécurité, l’imagination anthropomorphique des peuples enfants. De même que le problème religieux se met différemment en équation suivant le niveau où le moi se considère, de même la conception du rapport entre la nature et Dieu se transforme suivant la norme de vérité à laquelle on se réfère.
Que la physique n’ait eu que l’apparence d’un savoir positif tant qu’elle n’était pas en possession de ces instruments que sont conjointement la coordination mathématique et la technique expérimentale, nous le savons assurément ; mais nous le savons seulement depuis trois siècles, bien court intervalle dans l’histoire de la planète et même de ses habitants humains, depuis le moment où la raison a pris conscience d’une méthode qui lui permet de mordre sur le réel en même temps que prenaient leur P034 forme définitive les victoires les plus mémorables de l’intelligence : découverte du principe d’inertie, composition mécanique des mouvements, identité de la matière céleste et de la matière terrestre.
Comment saura-t-on se prononcer entre les faux Dieux et le vrai, si l’on ne commence par opposer la fausse image du monde et son idée véritable, si l’on ne distingue pas radicalement dans l’usage du même terme vérité le mirage d’une imagination puérile et la norme incorruptible de la raison ?
 »

Le monde véritable est celui, créé, ou constitué, plutôt que révélé, par la science, par la physique mathématique au 17 eme siècle, un peu plus tôt si nous devons y inclure Copernic et nous le devons.

Le monde imaginaire est celui qui « parle à l’homme un langage familier » : celui des instincts, des passions, des plaisirs et des peines, des sens aussi, qui heureusement sont là pour que nous puissions continuer à vivre en remarquant les dangers, mais qui nous trompent aussi.

Dans le monde imaginaire, celui de la fausse sécurité comme de la fausse terreur, tout est centré sur le Moi vital: cet arbre est bon parce qu’il me donne son ombre pour me réfugier contre l’ardeur du Soleil, mais si la foudre le frappe et qu’il s’abat sur moi, il est mauvais.

Les sauvages remercient « Dieu » ou les dieux, ou les esprits des ancêtres, de les pourvoir en nourriture abondante si la saison est bonne ; et si plus loin une autre tribu est confrontée à la sécheresse et à la famine, c’est qu’ils n’ont pas les bons dieux.

La découverte d’un monde véritable qui ne parle que le langage, non familier, des entités mathématiques de la physique, constitue un « déplacement dans l’axe de la vie religieuse » comme Brunschvicg le dit ailleurs:

https://leonbrunschvicg.wordpress.com/quelques-citations-eparses-de-brunschvicg-particulierement-eclairantes-voire-illuminatrices/

« Le fait décisif de l’histoire, ce serait donc, à nos yeux, le déplacement dans l’axe de la vie religieuse au XVIIe siècle, lorsque la physique mathématique, susceptible d’une vérification sans cesse plus scrupuleuse et plus heureuse, a remplacé une physique métaphysique qui était un tissu de dissertations abstraites et chimériques autour des croyances primitives.L’intelligence du spirituel à laquelle la discipline probe et stricte de l’analyse élève la philosophie, ne permet plus, désormais, l’imagination du surnaturel qui soutenait les dogmes formulés à partir d’un réalisme de la matière ou de la vie. L’hypothèse d’une transcendance spirituelle est manifestement contradictoire dans les termes ; le Dieu des êtres raisonnables ne saurait être, quelque part au delà de l’espace terrestre ou visible, quelque chose qui se représente par analogie avec l’artisan humain ou le père de famille. Étranger à toute forme d’extériorité, c’est dans la conscience seulement qu’il se découvre comme la racine des valeurs que toutes les consciences reconnaissent également. »

Il annonce ici en d’autres termes ce changement d’axe:

« Comment saura-t-on se prononcer entre les faux Dieux et le vrai, si l’on ne commence par opposer la fausse image du monde et son idée véritable, si l’on ne distingue pas radicalement dans l’usage du même terme vérité le mirage d’une imagination puérile et la norme incorruptible de la raison ? »

Notez qu’il n’oppose pas une fausse image à une image qui serait véritable, mais à une idée véritable parce que vérifiée selon des méthodes de plus en plus scrupuleuses.
Une image est toujours fausse, ou en tout cas particulière, non universelle, liée à un certain point de vue (spatio-temporel mais aussi ethnique) parce qu’elle repose sur l’instinct vital : l’image que j’ai de ce qui m’entoure me sert à utiliser au mieux mes capacités d’action pour améliorer ou protéger ma vie : je vois cet orage qui se prépare et dois penser à me mettre à l’abri.
Par contre je ne vois pas le tsunami qui va submerger la Thaïlande parce que c’est très loin : ma vie n’est pas menacé.
De plus c’est dans le passé et plus personne n’est menacé, pour le moment du moins.
Aussi le « voyage temporel » sous les formes vulgaires de certains récits est il et restera t’il une baliverne : non il est impossible que je revoie ce train d’il y a 20 ans, ou était 30 ans en arrière, cette fille dont j’ai croisé le regard et dont je suis tombé amoureux instantanément : je n’avais qu’à montrer suffisamment de courage pour l’aborder ce jour là!

Mais « l’homme délibératif », (dirons nous, par opposition au dragueur professionnel, à l’ivrogne ou à la racaille) préfère souvent jouer son petit Hamlet du pauvre : « passer pour un imbécile ou passer pour un con? Telle est la question! »…et il choisit généralement de « passer pour un imbécile plutôt que de parler, mettant ainsi fin à tous les doutes »

Par contre le voyage dans le temps, le « time travel », est un thème de réflexions fructueux pour les physiciens et les philosophes…

L’intellect et la réflexion sont nécessaires pour coordonner les « images » ,nou plutôt les différents repères liés aux différents observateurs, au moyen des formules de transformations de Lorentz par exemple en relativité restreinte: ne peut être dit « vrai » que ce qui est universel en unifiant les différents points de vue au moyen d’une coordination mathématique, indubitable car vérifiable: on a ainsi pu vérifier avec des chronomètres extrêmement précis que si un observateur prenait l’avion suffisamment longtemps, le temps écoulé pour lui ( dans son repère spatio-temporel en mouvement par rapport à celui d’un observateur resté immobile (sans prendre l’avion)était différent , un peu moins long, confirmant ainsi les prévisions de la théorie de la relativité.

Cela dit « La machine à explorer le temps » d’H’ W. Wells a joué pour moi un rôle initiatique quasiment: je me souviens encore de cette journée où j’étais seul à la maison et où j’ai quasiment dévoré le livre.

Je me souviens, je me revois « par la mémoire », c’est en moi, lié à toutes les réminiscences, à toutes les réflexions que cette rétrospection a provoquées depuis lors : opération spirituelle.

Mais il est illusoire d’imaginer construire une machine à voyager dans le temps afin de me retrouver « en face » de moi adolescent en train de lire le livre, dans le canapé rouge, avec le bruit des voitures passant dans l’avenue en bas..d’ailleurs je me demande ce que j’aurais à lui dire, à cet adolescent…à part « fais gaffe, à telle date reste au lit toute la journée, tu éviteras de gros ennuis »…