Archives du mot-clé mathesis

L’alternative à la mathesis universalis: devenir le Maître anonyme du monde

La mathesis universalis, cela ne veut pas dire grand chose, on trouve cette notion ou ce projet (?) chez Descartes, chez Leibniz, chez Husserl qui (passé à la philosophie en provenance des mathématiques) s’y intéressa fortement à partir des années 1890 et déclare qu’il est venu à la phénoménologie par la mathesis universalis. Mais tout cela reste assez flou (ce qui est fâcheux pour des gens s’intéressant à la mathématique) , j’y reviendrai bientôt en abordant les travaux de David Rabouin.

Pour ma part j’ai repris à nouveaux frais ce concept, ou programme, ou projet, en l’appelant:

Mathesis universalis οντοποσοφια

pour bien la démarquer des notions précédentes quelles qu’elles soient.

Sans vouloir la définir ici je dirai simplement qu’il s’agit du platonisme en mouvement, le platonisme à l’arrêt étant les différentes interprétations de Platon figées, donc fausses, la dernière étant celle de Badiou.

Ou encore, il s’agit de la progression universelle de l’esprit humain partant de la multiplicité pure des « chocs sensibles », qui coïncide avec la complète ignorance, vers l’Un-Bien que les religions nomment Dieu et qui coïncide aussi avec le Savoir Absolu.

Et il s’agit du seul mouvement de l’esprit humain possible, balisé par les définitions rigoureuses de la mathématique, répondant à ces réquisits.

Tout ceci peut sembler un peu, voire très arrogant, mais je précise immédiatement que tout ce qui est dit ici est, pour le moment, de nature rigoureusement spéculative….
En tout cas, il ne peut s’agir que d’une activité intellectuelle incessante et portée à une sorte d’incandescence…

Quelle en serait l’alternative ?

Un non-agir qui viserait lui aussi une sorte d’Absolu, et ici on ne peut pas ne pas évoquer un film de 1974 qui a reçu le prix Jean Vigo, de Georges Perec et Bernard Queyssane:

« Un homme qui dort »

qui est visible ici:

Un homme qui dort
Il s’agit de scènes de la vie d’un jeune étudiant (Jacques Spiesser) qui un beau jour constate « qu’il ne sait pas vivre et ne saura jamais » et se retire de la vie, de toute vie avec un projet défini, sans vouloir se suicider mais en continuant à vivre dans sa petite chambre, à sortir dehors, à manger dans une brasserie, à jouer au flipper..
Il n’y a pas de dialogues mais un monologue d’une voix féminine (Ludmilla Mickaël) s’adressant au jeune homme en disant « tu » et décrivant ses « états intérieurs ».
Il est facile de déceler deux partie correspondants à deux attitudes du jeune homme (la coupure est très nette et décelable facilement) : dans la première le personnage vit un état d’exaltation (sans le montrer) puisque de par sa « décision » (?) de ne plus faire aucun projet, il a le sentiment d’être le Maître anonyme du monde, n’attendant plus rien de rien ni de personne…

Par contre dans la seconde partie il s’aperçoit qu’il s’est entièrement fourvoyé et reprend contact avec la vie : celle d’un homme vivant dans une société donnée, et qui fait face à des peurs et des espoirs…un homme qui doit un jour mourir.

Le monologue de la fin est très beau, il est donné par cet article qui fait le rapprochement avec « Voyage au bout de la nuit » qui commence Place Clichy, lieu où l’histoire racontée par Georges Perec se termine:

http://off-shore.hautetfort.com/archive/2011/04/15/une-place-dans-le-monde.html

« Nulle malédiction ne pèse sur tes épaules. Tu es un monstre, peut-être, mais pas un monstre des Enfers. Tu n’as pas besoin de te tordre, de hurler. Nulle épreuve ne t’attend, nul rocher de Sisyphe, nulle coupe ne te sera tendue pour t’être aussitôt refusée, nul corbeau n’en veut à tes globes oculaires, nul vautour ne s’est vu infliger l’indigeste pensum de venir te boulotter le foie, matin, midi et soir. Tu n’as pas à te traîner devant tes juges, criant grâce, implorant pitié. Nul ne te condamne et tu n’as pas commis de faute. Nul ne te regarde pour aussitôt se détourner de toi avec horreur.

Le temps, qui veille à tout, a donné la solution magré toi.

Le temps, qui connait la réponse, a continé de couler.

C’est un jour comme celui-ci, un peu plus tard, un peu plus tôt, que tout recommence, que tout commence, que tout continue.

Cesse de parler comme un homme qui rêve.

Regarde ! Regarde-les. Ils sont là des milliers et des milliers, sentinelles silencieuses, Terriens immobiles, plantés le long des quais, des berges, le long des trottoirs noyés de pluie de la place Clichy, en pleine rêverie océanique, attendant les embruns, le déferlement des marées, l’appel rauque des oiseaux de la mer.

Non. Tu n’es plus le maître anonyme du monde, celui sur qui l’histoire n’avait pas de prise, celui qui ne sentait pas la pluie tomber, qui ne voyait pas la nuit venir. Tu n’es plus l’inaccessible, le limpide, le transparent. Tu as peur, tu attends. Tu attends, place Clichy, que la pluie cesse de tomber »

On peut aussi faire le rapprochement avec « L’arrêt de mort » de Maurice Blanchot, dont aucun film n’a été tiré à ma connaissance, et dont le texte de fin est d’une beauté comparable, mais le personnage y prend conscience de la nécessité d’en finir avec son statut d’homme du monde, pour devenir ce qu’il est : un écrivain.

J’évoquerai pour finir la tâche énigmatique fixée par Brunschvicg à la philosophie, et donc à ce que j’appelle mathesis universalis:

« renoncer à la mort »

image

Publicités

Langue divine (mathesis), langues humaines

Reportons nous au premier chapitre (« Raison ») du dernier livre de Brunschvicg, termine en novembre 1943 deux mois avant sa mort:

« Héritage de mots, héritage d’idées »

http://classiques.uqac.ca/classiques/brunschvicg_leon/heritage_de_mots_idees/brunschvicg_heritage_mots.doc

Le passage suivant, qui oppose les conventions de l’orthographe aux démonstrations de l’arithmétique, nous introduit au cœur de notre sujet:

« Reportons-nous au moment, presque solennel, dans notre vie, où tout d’un coup la différence radicale nous est apparue entre les fautes dans nos devoirs d’orthographe et les fautes dans nos devoirs d’arithmétique. Pour les premières nous devions ne nous en prendre qu’à un manque de mémoire ; car nous ne savions pas, et nous ne pouvons jamais dire, pourquoi un souci de correction exige que le son fame soit transcrit comme flemme et non comme flamme. En revanche pour les secondes on nous fait honte ou, plus exactement, on nous apprend à nous faire honte, de la défaillance de notre réflexion ; on nous invite à nous redresser nous-même. Notre juge, ce n’est plus l’impératif d’une contrainte sociale, la fantaisie inexplicable d’où dérivent les règles du comme il faut et du comme il ne faut pas, c’est une puissance qui, en nous comme en autrui, se développe pour le discernement de l’erreur et de la vérité.
Cette impression salutaire d’un voile qui se déchire, d’un jour qui se lève, l’humanité d’Occident l’a ressentie, il y a quelque vingt-cinq siècles, lorsque les Pythagoriciens sont parvenus à la conscience d’une méthode capable et de gagner l’assentiment intime de l’intelligence et d’en mettre hors de conteste l’universalité. Ainsi ont-ils découvert que la série des nombres carrés, 4, 9, 16, 25, etc., est formée par l’addition successive des nombres impairs à partir de l’unité : 1 + 3 ; 4 + 5 ; 9 + 7 ; 16 + 9, etc. Et la figuration des nombres par des points, d’où résulte la dénomination de nombres carrés, achevait de donner sa portée à l’établissement de la loi en assurant une parfaite harmonie, une adéquation radicale, entre ce qui se conçoit par l’esprit et ce qui se représente aux yeux.
Les siècles n’ajouteront rien à la plénitude du sens que l’arithmétique pythagoricienne confère au mot de Vérité. Pouvoir le prononcer sans risquer de fournir prétexte à équivoque ou à tricherie, sans susciter aucun soupçon de restriction mentale ou d’amplification abusive, c’est le signe auquel se reconnaîtra l’homo sapiens, définitivement dégagé de l’homo faber, porteur désormais de la valeur qui est appelée à juger de toutes les valeurs, de la valeur de vérité.
 »

Doit on ici se limiter à l’orthographe ?

Il existe certes des « vérités » dites en langues de « logoi », de mots : les livres d’histoire ou de philosophie en sont remplis.

Il existe cependant un domaine, la logique, qui a été conquis au cours des deux derniers siècles par la mathématique, alors que Kant encore estimait qu’elle avait atteint son achèvement complet avec Aristote.

Se peut il qu’il y en ait d’autres dans l’avenir ?

Il est en tout cas évident que seuls les théorèmes (de la mathématique, de la physique mathématique ou de la logique mathématisée) sont des vérités éternelles (pour parler comme Descartes) : universelles et absolues.

Parce que la démonstration est immédiatement vérifiable par tous ceux qui en font l’effort (et font d’abord l’effort d’apprendre les bases).

Peut on en dire autant de propositions comme « La marquise sortit à 5 heures » ou « Au commencement Dieu créa le ciel et la terre » ?

Non, ne serait ce qu’à cause du « halo » de significations diverses que possède n’importe quel mot….